Amir Hassan, Bruno Herin et Yohann Taïeb viennent parler transmission de la langue arabe dans Rue du Caire

Si la langue arabe est parlée par près de trois millions de personnes en France, il est très compliqué d’apprendre à la parler : on apprend pas l’arabe aussi facilement qu’on peut apprendre l’anglais et c’est dommage. Par manque de volonté politique, ou par crainte du communautarisme le système éducatif français donne peu ou mal sa place à l’enseignement de l’arabe, quitte à laisser le champ libre à des associations dont les cours de langue sont souvent articulés à un discours religieux. Ce soir on va parler de ces enjeux d’apprentissage et de transmission car c’est trois professeurs que nous recevons.Nous passerons d’une langue à l’autre, de l’arabe au français et inversement, avec cette question : “est ce qu’apprendre une langue peut nous faire changer de l’intérieur ?”

On essaiera d’y répondre avec nos invités qui ont tous les trois des parcours à contre courant et dont on croisera les portraits : Amir Hassan, jeune professeur d’arabe et poète en langue française, originaire de Gaza et qui vit en France depuis 3 ans maintenant... Bruno Herin, Professeur à l’institut des langues Orientales à Paris, d’origine belge et qui a vécu dans de nombreux pays arabes et Yohann Taïeb, jeune agrégé d’arabe, qui enseigne à Argenteuil depuis cette année tout en menant ses travaux de recherches sur le dialecte judéo-arabe de Djerba.


Dans l’ordre