TGAF 16 - Brutalism

Pour cette édition, TGAF invitait Thomas Gomes Daubernay, un ami de DJ Ouai. Ils se sont rencontrés il y a quelques années, alors qu'ils faisaient leurs études dans la même école d'architecture. Passionné de modernisme, Thomas était l'invité parfait pour cette édition sous le thème du Brutalisme.

"Tendance architecturale contemporaine qui privilégie l'emploi de matériaux bruts (parmi lesquels le béton), la non-dissimulation de l'infrastructure technique, la liberté des plans"

Si le thème vous intéresse, voici une sélection d'articles ou de référence que vous pouvez consulter :

- Groupe facebook The Brutalism Appreciation Society : le contenu est posté par les membres, le groupe fonctionne comme un forum. On peut trouver des images d'archives, de bâtiments aujourd'hui détruits ou encore de constructions peu connues du grand public. 

- Tumblr Fuck Yeah Brutalism : Florilège de vieilles photos en noir et blanc. Pareil que le groupe Facebook : on trouve beaucoup d'archives et de bâtiments peu connus, à travers le monde. 

- Une sorte de "Brutalisme pour les nuls" dans ce post court et synthétique 

- Le livre que Thomas avait apporté pendant l'émission : Vers une architecture cathartique (1945-2001) d'Emmanuel Rubio paru en 2011 aux Editions Donner Lieu

- Souvenir d'un futur de Laurent Kronental : on s'éloigne un peu du thème mais pas tant que ça. Le vif de sa série ne tourne pas spécialement autour de l'architecture, mais davantage autour des personnes âgées qui vivent dans ces énormes cités bétonnées de la banlieue parisienne. 

Un bouquin qui s'appelle "This Brutal World" vient de sortir chez Phaidon. Il est intéressant sous certains aspects mais l'auteur semble confondre brutalisme et minimalisme lorsqu'il présente parfois certaines oeuvres en béton de Tadao Ando. Mettre des photos en noir et blanc ne fait pas tout. 

Par ailleurs, l'amalgame entre architecture brutaliste et architecture soviétique communiste est très courant chez les néophytes. Cela peut se comprendre quand on constate les similitudes de langage, d'esthétique, de période, entre les deux. L'histoire de l'architecture totalitaire et stalinienne est tout aussi passionnante. Quelques très bonnes références à parcourir : 

CCCP de Frédéric Chaubin sorti chez Taschen. Ce bouquin est un chef d'oeuvre de photographies rassemblées après plusieurs années d'exploration et de curiosité. 

La série Spomenik - The End of History de Jan Kampenaers qui présente des sculptures disséminées dans plusieurs pays slaves. Elles ont été érigées par le parti Comuniste Yougoslave dans les années 60 en mémoire des disparus de la Seconde Guerre Mondiale.

La suggestion de l’auditeur : SERVOVALVE - Photocop / Mostr 

 


Dans l’ordre